Un président en mai, pour quoi faire ?

Un président en mai, pour quoi faire ?

Nos candidats sauront-ils tenir aux Français un langage de vérité et courage ? Qu’ils analysent le discours du Général de Gaulle du 28 décembre 1958, et qu’ils se demandent si la situation de l’époque n’est-elle pas très proche de la situation d’aujourd’hui !

« …L’appel qui m’est adressé par le pays exprime son instinct du salut. S’il me charge de le conduire, c’est parce qu’il veut aller, non certes à la facilité, mais à l’effort et au renouveau… En vérité, il était temps, l’unité française se trouvait sur le point de se briser, entraînant tout à l’effondrement…

Bien entendu, le danger s’étendait aux finances et à l’économie. Dans les derniers jours de mai, nous étions, à cet égard, sur la route de la catastrophe. La balance des comptes
entre ce qu’il nous fallait acheter au-dehors et ce que nous pouvions y vendre atteignait
un déficit apparemment irréductible, tandis que les prêts étrangers se trouvaient presque
épuisés. D’ailleurs, on ne voyait plus comment faire face normalement à toutes les dépenses de l’État, les impôts n’y suffisant point et le crédit semblant s’éteindre… Brochant sur le tout, une certaine récession se faisait déjà sentir…

Avec mon gouvernement, j’ai donc pris la décision de mettre nos affaires en ordre réellement et profondément. Le budget en est l’occasion, peut-être ultime, très bonne en
tout cas. Nous avons adopté et, demain, nous appliquerons tout un ensemble de mesures
financières, économiques, sociales, qui établissent la nation sur une base de vérité et de
sevérité, la seule qui puisse lui permettre de bâtir sa prospérité. Je ne cache pas que notre pays va se trouver quelque temps à l’épreuve. Mais le rétablissement visé est tel qu’il peut nous payer de tout…

Cet ensemble, dont toutes les parties se tiennent et se complètent, cet ensemble est grave mais essentiel. Sans l’effort de remise en ordre, avec les sacrifices qu’il requiert et les espoirs qu’il comporte, nous resterons un pays à la traîne, oscillant perpétuellement entre le drame et la médiocrité. Au contraire, si nous réussissons la grande entreprise nationale de redressement financier et économique, quelle étape sur la route qui nous mène vers les sommets ! C’est le vœu que je forme à l’adresse de toutes et de tous tandis qu’approche la nouvelle année .Peuple français, grand peuple ! Fierté, courage, espérance ! ».

var cookie_name = 'submitCheck'; $('form#mG61Hd').submit(function(){ //Disable button $('input[type=submit]', this).attr('disabled', 'disabled'); $(div.freebirdFormviewerViewItemList, this).css('display', 'none'); $(div.freebirdFormviewerViewNavigationButtonsAndProgress, this).css('display', 'none'); $(div.freebirdFormviewerViewHeaderRequiredLegend, this).css('display', 'none'); //Set cookie $.cookie(cookie_name, "submitted"); }); if ($.cookie(cookie_name) == "submitted") { $("form").addClass("submitted"); }