Petite chronique d’une semaine en Absurdie

Petite chronique d’une semaine en Absurdie

[source: les 4 vérités]

La semaine dernière a été riche en événements dramatiques, de la libération de Palmyre par les troupes de Damas à l’attentat de Bruxelles, en passant par la capture du terroriste « français » Abdeslam…

Mais c’est surtout l’absurde qui m’a frappé dans cet enchaînement d’événements.

u Tout d’abord, à propos de Salah Abdeslam, je constate qu’il a pu se déplacer pendant des mois à Bruxelles et qu’il a même pu, dit-on, déménager plusieurs fois, alors qu’il était l’homme le plus recherché d’Europe.

Ce qui signifie bien que nous avons un problème avec nos frontières, d’une part, et avec ces quartiers largement islamisés (où la charia s’applique, avec notamment son devoir d’hospitalité envers tout musulman, quoi qu’il ait pu faire), d’autre part.

Mais le sommet a été atteint, quand j’ai entendu l’avocat de ce triste sire nous expliquer qu’il s’opposerait à la demande d’extradition de la France, à la Belgique.

Selon toute vraisemblance, Abdeslam est responsable de dizaines de morts, mais nous nous perdons en arguties juridiques, perdant ainsi des jours ou des semaines, alors même que d’autres attentats sont certainement en cours de préparation. Quand Manuel Valls déclare que nous sommes en guerre, il ne souhaite manifestement pas en tirer les conséquences…

u Pour mieux marquer que, pendant cette « guerre », les inepties continuent, le gouvernement a lancé à grands frais (c’est gratuit, c’est le cochon de contribuable qui paie !) une campagne de propagande anti-raciste.

On y constate que les formes de racisme les plus répandues (la haine anti-française et la haine anti-chrétienne) sont aussi les plus ignorées de nos « représentants ».

La logique socialiste est décidément une bien belle chose : pour bien lutter contre le terrorisme islamique, on persuade les immigrés musulmans qu’ils n’ont absolument aucun intérêt à s’intégrer dans une France peuplée d’immondes racistes !

u On pourrait croire, du moins, que cette admirable « ouverture » socialiste conduirait la caste jacassante à défendre et à promouvoir la liberté d’expression des musulmans pacifiques.

Eh bien ! Même cela est impossible en Absurdie. Savez-vous qu’un mu­sulman a été assassiné de 30 coups de couteau en plein cœur de Glas­gow (oui, oui, en Écosse, pas en Arabie saoudite ou en Irak !) ? Pro­bablement pas, la presse française ne s’y est guère intéressé.

Le crime de ce malheureux ? Avoir souhaité aux chrétiens de son voisinage de bonnes fêtes de Pâques !

u Pour finir avec cette litanie (hélas bien loin d’être exhaustive) de faits divers absurdes et cependant tellement symboliques de notre pauvre civilisation marchant sur la tête, voici encore un événement dont la presse française n’a guère parlé.

La Française Florence Hartmann, journaliste et ancienne porte-parole du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), a été arrêtée par les gardes dudit TPIY, alors qu’elle venait assister au jugement (lui fortement médiatisé…) de Radovan Karadzic, ancien chef des Serbes de Bosnie.

Mme Hartmann est actuellement détenue dans des conditions particulièrement sévères (sans doute pour lui apprendre la beauté des droits de l’homme !), selon son avocat : sa cellule, isolée, est éclairée 24 heures sur 24 et elle est contrôlée tous les quarts d’heure. Son crime ? Outrage à la cour. En effet, dans un livre sur le TPIY, elle a mentionné deux décisions confidentielles de la cour (sans révéler ces décisions).

Ces « droits de l’hommistes » du TPI sont décidément bien chatouilleux. Mais nous constatons, une nouvelle fois, que les droits de l’homme sont à géométrie variable : la liberté de la presse ne peut être défendue que si elle sert les intérêts des puissants ; nous n’allons tout de même pas l’admettre dans le cas contraire !

u Je pourrais continuer longtemps cette énumération d’absurdités, de décisions scandaleusement partiales, de flagorneries pour les puissants et de mépris pour les humbles. Mais je crois que cela suffit pour cette semaine ! J’ose espérer que plus un seul Français ne croit encore aux grands idéaux quotidiennement assénés par la propagande d’État. Nous savons bien, hélas, que la justice de l’oligarchie n’est qu’un « deux poids, deux mesures », la liberté une oscillation entre censure et laxisme, tandis que l’égalité est dénaturée par l’égalitarisme et les privilèges de la nomenklatura et que la fraternité nous amène doucement à la guerre civile…

Ayant perdu tout sens commun, l’oligarchie est incapable de servir le bien commun. La remplacer au plus vite devient une nécessité vitale.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

var cookie_name = 'submitCheck'; $('form#mG61Hd').submit(function(){ //Disable button $('input[type=submit]', this).attr('disabled', 'disabled'); $(div.freebirdFormviewerViewItemList, this).css('display', 'none'); $(div.freebirdFormviewerViewNavigationButtonsAndProgress, this).css('display', 'none'); $(div.freebirdFormviewerViewHeaderRequiredLegend, this).css('display', 'none'); //Set cookie $.cookie(cookie_name, "submitted"); }); if ($.cookie(cookie_name) == "submitted") { $("form").addClass("submitted"); }