Jamais deux sans trois

Jamais deux sans trois

Mesures concernées :

« A mon sens, écrire et communiquer, c’est être capable de faire croire n’importe quoi à n’importe qui ». Cette remarque cynique de Jean-Marie Le Clezio, extraite du « Procès-verbal », n’est-elle pas devenue l’apanage des hommes et femmes politiques de tous bords ?

Le 24 août dernier était annoncé le premier plan de rigueur. Il était fondé sur une hypothèse, totalement surréaliste, d’une croissance de 1,7% du PIB de la France pour l’année 2012, alors que tous les instituts économiques occidentaux s’entendaient sur un chiffre  maximum de 1%. Ne parlons pas du programme socialiste (non amendé à ce jour) construit, quant à lui, sur une hypothèse de croissance de plus de 2%…

Le 7 novembre dernier est annoncé le deuxième plan de rigueur. Il est désormais fondé sur une hypothèse de croissance de 1%… parce que, nous dit-on, « c’est la prévision de croissance de l’Allemagne ». On oublie évidemment de nous dire que l’Allemagne a un excédent du commerce extérieur de 150 milliards d’euros, contre un déficit de 75 milliards d’euros pour la France !

Désormais, les instituts sérieux prévoient une croissance de 0,6% maximum, ce qui veut dire qu’il faudra trouver 5 milliards d’euros supplémentaires : un troisième plan est donc inéluctable.

La politique menée depuis plusieurs décennies ne cesse de décevoir,  parce qu’elle  promet de résoudre les problèmes rapidement, et qu’en réalité elle ne le fait pas. Au cours de ces dernières années, le personnel politique a usé d’une forme d’optimisme dissocié de la réalité et des problèmes, parce qu’il veut ignorer ce qui est impopulaire et cherche encore à créer une nouvelle forme d’illusion trompeuse : encourager la reprise de la consommation, plutôt que la mise en valeur et le redressement des fondamentaux de l’économie.

Notre manifeste est fondé sur deux principes qui  respectent les personnes, à savoir la réalité et le courage. Voilà pourquoi nous proposons les mesures n°2 (Réduire les inégalités sociales), n°7 (Revaloriser le travail), et n°9 (Interdire les déficits).

var cookie_name = 'submitCheck'; $('form#mG61Hd').submit(function(){ //Disable button $('input[type=submit]', this).attr('disabled', 'disabled'); $(div.freebirdFormviewerViewItemList, this).css('display', 'none'); $(div.freebirdFormviewerViewNavigationButtonsAndProgress, this).css('display', 'none'); $(div.freebirdFormviewerViewHeaderRequiredLegend, this).css('display', 'none'); //Set cookie $.cookie(cookie_name, "submitted"); }); if ($.cookie(cookie_name) == "submitted") { $("form").addClass("submitted"); }