Explosion de la dette et guerre civile

Explosion de la dette et guerre civile

[source: les 4 vérités]

La France vit à crédit depuis plus de 40 ans. Le dernier budget en équilibre a été celui de 1974. La dette représentait alors 20 % du PIB. Elle dépasse aujourd’hui 2 000 mil­liards d’euros, soit 100 % du PIB, et continue de croître.

En outre, les dépenses sociales (santé, retraite, chômage) sont également en déficit et créent une dette supplémentaire.
Avec un taux de prélèvements obligatoires de près de 50 % du PIB, le poids de l’État et des services publics étouffe l’économie française et appauvrit la population.

Il n’est plus possible d’alourdir les impôts. La France est donc tout simplement en passe de devenir insolvable.

En s’endettant massivement, l’État a donné à des mains étrangères le contrôle de l’avenir de notre pays.

Les deux tiers de la dette française sont détenus par des non-résidents. Le Français est aujourd’hui plus endetté que le Grec (3 200 euros/habitant contre 2 800 euros/habitant).

Jusqu’à présent, la France a pu continuer à s’endetter parce que nos créanciers pensent que nous sommes solvables.

Dès que l’un d’eux s’apercevra que ce n’est plus le cas et cela ne manquera pas de se produire, la France ne pourra plus emprunter.

L’État sera dans l’impossibilité de remplir ses fonctions et de payer ses fonctionnaires. Cela déclenchera une crise d’une ampleur inimaginable qui se terminera en explosions de violence, voire de guerre civile.

Voici ce qui peut nous attendre :

  • Plus d’argent aux distributeurs ;
  • Plus de carburant aux stations-service ;
  • Des magasins vides ;
  • Des prix incontrôlables (dans l’Allemagne de Weimar, il fallait payer sa bière à la commande, car, après l’avoir bue, son prix avait flambé !) ;
  • Des quartiers saccagés par des émeutes…

Quelle parade ? Il en existe pour l’État, aux dépens des particuliers.

Le contrôle de notre argent est aujourd’hui techniquement possible.

Il suffit pour cela de restreindre l’utilisation de l’argent liquide. Dans le monde entier se mettent en place des mesures coercitives pour limiter, voire interdire, les transactions en numéraire. Les banques sont déjà inféodées au pouvoir. À la moindre alerte, nos dirigeants pourront ponctionner à leur guise nos dépôts bancaires.

« Les banques en risque de faillite pourront ponctionner les comptes de leurs déposants », déclarait « Le Figaro » du 22 décembre 2015.

Fiction que tout cela ? Hélas non ! C’est ce qui s’est produit à Chypre en 2013 lorsque les dépôts supérieurs à 100 000 euros ont été ponctionnés autoritairement…

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

var cookie_name = 'submitCheck'; $('form#mG61Hd').submit(function(){ //Disable button $('input[type=submit]', this).attr('disabled', 'disabled'); $(div.freebirdFormviewerViewItemList, this).css('display', 'none'); $(div.freebirdFormviewerViewNavigationButtonsAndProgress, this).css('display', 'none'); $(div.freebirdFormviewerViewHeaderRequiredLegend, this).css('display', 'none'); //Set cookie $.cookie(cookie_name, "submitted"); }); if ($.cookie(cookie_name) == "submitted") { $("form").addClass("submitted"); }